Une pisciculture au Cameroun pour financer une maison d’accueil de malvoyants

Il nous fait plaisir de partager ici une nouvelle initiative développée au Cameroun par l’abbé Olivier Engoute. L’abbé Engoute pilote le projet depuis Ottawa, avec des réunions téléphoniques régulières et des voyages sur place quand les conditions le permettent.

Depuis 2010, l’abbé Engoute parraine une mère d’un quartier défavorisé de Yaoundé. Ayant eu un enfant malvoyant qui est mort jeune, cette femme a ouvert sa maison pour en faire un lieu d’accueil aux malvoyants. Cette femme a maintenant plus de 90 ans. Certains jeunes qui ont grandi sous sa gouverne se sont émancipés, mais reviennent souvent pour l’aider.

À un moment, pour aller plus loin qu’un soutien financier, l’abbé Engoute a proposé de copier un modèle de pisciculture qu’il a vu opéré avec succès lors de ces voyages. Le quartier de Yaoundé dans laquelle se situe la maison d’accueil étant un peu risqué pour la pisciculture, un terrain a été aménagé à une trentaine de kilomètres à l’est de la capitale.

Pour préparer et opérer la pisciculture, l’abbé Engoute s’est appuyé sur un groupe de jeunes gens de milieux défavorisés, travaillant sous la supervision d’un technicien. L’entente a été conclue pour partager les recettes de la manière suivante :

  • 20% de la recette des ventes est partagée entre les jeunes gérant la pisciculture ;
  • 50% de la recette est reversée à la maison d’accueil ;
  • 30% de la recette sert à acheter de nouveaux poissons et leur nourriture.

Le projet a été présenté à la Fondation Mgr Joseph-Chevalier en fin 2020 pour obtenir un financement partiel des activités de la pisciculture.

  • Confection de 3 bacs d’élevage, pour une superficie totale de 400 m2 ;
  • Population de 70 mâles et 200 femelles par bac ;
  • Première pêche au bout d’un mois, suivie d’une toutes les deux semaines ;
  • Alimentation :
    • Mélange de son de riz (50%) et de tourteau d’arachide ou de graines de coton ;
    • Ration de 15 g par jour par reproducteur (4 kg/j pour les 270 poissons du départ)
    • Durée d’élevage estimée entre 3 et 4 mois.
DésignationCoût UnitaireQuantitéCoût Total
Matériel pour chaque bac730 $32 190 $
Achats des alevins (70 m. + 200 f.)750 $1750 $
Nourriture :
sacs de riz concassé, arachides, etc.
900 $1900 $
Main d’œuvre300 $3900 $
Divers350 $1350 $
Total5 090 $
Table 1 : Détail de frais planifiés pour la construction de la pisciculture

Champ d’actionSoutien logistique
Montant planifié10 850 dollars canadiens
ÉchéancierFin 2020
BénéficiaireMaison d’accueil de malvoyants de Yaoundé,
pour la construction et l’opération d’une pisciculture
Partenaire canadienAbbé Oliver Engoute
Partenaire localAbbé Oliver Engoute
Table 2 : Récapitulatif du financement de la pisciculture

__
Dom Derrien

Référence :

  • Étapes de progression du projet de pisciculture, de août 2020 à février 2021 (bientôt disponible)

Des motos pour trois jeunes prêtres du diocèse de Mbujimayi, au Kasaï-Central, en République démocratique du Congo

Madame Micheline Guernon nous fait part d’un nouvel accomplissement : la réussite d’une levée de fonds pour l’achat de trois motocyclettes à destination de trois jeunes prêtres du diocèse de Mbujimayi, dans la province du Kasaï-Central, en République démocratique du Congo.

Micheline a eu vent du besoin d’un moyen de locomotion par l’abbé Donat Mulumba, travaillant actuellement au foyer Lionel Emond de Gatineau. L’abbé Donat soutient ces trois jeunes prêtres dans leur mission pastorale :

  • Abbé Paul
  • Abbé Nicolas
  • Abbé Léon

Ces jeunes prêtres officient dans des paroisses éloignées. Par exemple, l’abbé Léon est curé de la paroisse Sainte Monique de Muzemba, située à 83 kilomètres de la ville de Mbujimayi.

Les routes sont souvent difficilement praticables à cause des pluies. Les prêtres doivent souvent marcher sur des distances allant jusqu’à 30 kilomètres pour rejoindre les villages où ils remplissent leur ministère (baptêmes, messes, mariages, sacrement des malades).

L’achat des motos facilitera leurs déplacements. Ils pourront même rejoindre plus de paroissiens dispersés sur leur territoire du diocèse. À l’occasion, les prêtres pourront rendre de menus services à la population grâce à leur mobilité accrue.

L’évêque de ce diocèse de Mbujimayi est Mgr Emmanuel Bernard Kasanda.

En remerciement des dons, les trois récipiendaires s’engagent à dire des messes à l’attention des donateurs et de leurs proches disparus. Et lorsque l’achat des motos sur place sera fait, ils partageront avec nous des photographies de leurs nouvelles acquisitions.

Champ d’actionSoutien logistique
Montant planifié6 000 dollars canadiens
ÉchéancierPremier trimestre 2021
BénéficiairesJeunes prêtres du diocèse de Mbujimayi,
de la province du Kasaï-Central, en RDC
Partenaire canadienMicheline Guernon
Partenaire localMgr Emmanuel Bernard Kasanda
Table 1 : Récapitulatif du financement de l’achat de 3 motocyclettes

Félicitations à Micheline et à ses amis pour ce soutien financier.

Vous pouvez contribuer aux projets de Micheline en cliquant sur le bouton ci-dessous. Veillez à choisir l’option « Motos au Kasaï-Central en RDC » ou « Centre agro-pastoral Mokpokpo au Togo ». Merci de votre générosité.


Dom Derrien

Références :

Projet de poulailler à Croix-des-Bouquets, en Haïti

Monsieur Grégoire Ruel nous informe d’une nouvelle initiative en Haïti en collaboration avec la Société des Ermites des Sources et de la Réconciliation (SESR) :

  • La construction d’un poulailler et l’achat d’équipement ;
  • L’achat des poules, de la nourriture, des vitamines et des antibiotiques pour un an.

La communauté des Ermites des Sources et de la Réconciliation

La communauté des Ermites a été fondée en 2007 dans la commune de Croix-des-Bouquets, à 12 km au nord-est de Port-au-Prince. Elle est composée de 30 religieux et 12 religieuses. Le Père Joseph Hilaire en est le responsable et le modérateur principal.

Arrondissement de Croix-des-Bouquets, Haïti—voir la carte complète

Les moines et les moniales dirigent deux écoles : l’Institution du Val des Écoliers et l’École Fondamentale Immaculée Conception comptant environ 300 écoliers de familles défavorisées. Six jours par semaine, on les instruit, on les initie aux techniques de l’agri-élevage et on leur fournit un repas.

Depuis les débuts de la communauté, monsieur Maurice Poitras, de Gatineau, son épouse Denise et quelques personnes de leur entourage apportent leur soutien de diverses façons, notamment en passant par la Fondation Mgr Joseph-Chevalier, sous forme de bourses d’étude, d’intentions de messes, d’envoi de livres, de semences, de vêtements, d’objets et d’habits liturgiques, de stations de chemin de croix, etc.

Un poulailler pour soutenir la communauté et la cantine scolaire

Le poulailler va accueillir une centaine de poules pondeuses qui fourniront des oeufs pour la communauté et la cantine scolaire.

D’autres projets s’ajouteront plus tard à cette initiative, par exemple l’élevage de poulets de chair et de lapins, et la mise en place d’un jardin horticole (légumes, arbres fruitiers, fleurs).

La vision de la communauté est de devenir un monastère ferme-école dont les élevages et le jardin assureront l’autonomie alimentaire de la communauté elle-même et de la cantine scolaire.

Champ d’actionSécurité alimentaire
Montant planifié8 690 dollars canadiens
– 2 930 $ pour la construction du poulailler et l’achat d’équipement
– 5 760 $ pour l’achat des poules, de la nourriture, des vitamines et
des antibiotiques pour un an
ÉchéancierDu printemps à l’automne 2021
BénéficiairesCommunauté des Ermites des Sources et de la Réconciliation
Partenaire CanadienVéronique et Grégoire Ruel
Partenaire localPère Joseph Hilaire
Table 1: Récapitulatif du financement du poulailler pour un an

La main d’œuvre est fournie par la communauté. Monsieur Walker Blain, consultant bénévole, accompagnera les moinillons apprentis tout au long du projet.

Appel aux dons

Si des dons ont déjà été reçus pour démarrer les travaux, le projet a besoin de votre soutien pour avancer et être finalisé. Veillez à choisir l’option « Poulailler de la CESR en Haïti ». Merci de votre générosité.

Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à communiquer avec Grégoire Ruel par courriel à l’adresse : gregoire_ruel@sympatico.ca.


Dom Derrien

Références:

Centre de conférence de Bafang, au Cameroun

Depuis une dizaine d’années, la Fondation Mgr Joseph-Chevalier a soutenu les actions de l’abbé camerounais Gabriel Alain Motsebo, soit par l’entremise de demandes de messes, soit par des soutiens financiers directs. Du père Motsebo, le président de la fondation nous dit : « Il est tout simplement formidable, un homme de Dieu, totalement dévoué à son service. »

En 2020, la fondation a contribué au financement du centre de conférence et d’hébergement de Bafang. Son sous-sol peut accommoder des groupes de l’ordre de 300 personnes, en plus de disposer de 53 chambres et 3 suites pour des retraites spirituelles.

Cette année, du 6 au 16 janvier 2021, la 44e conférence épiscopale du Cameroun s’est déroulée au centre de conférence de Bafang.

Dans les photographies ci-dessous, le père Motsebo (en costume civil) discute notamment avec l’évêque d’Obala, Mgr Sosthène Léopold Bayemi Matjei, avec qui il a étudié au grand séminaire Saint Thomas Aquinas à Bambui-Bamenda.

Bafang est une commune du Cameroun située dans la région de l’Ouest, en pays Bamiléké. C’est le chef-lieu du département du Haut-Nkam.

Localisation de Bafang au Cameroon, voir une carte complète.


Dom Derrien

Installation de la dalle dans le deuxième poulailler du centre Mokpokpo

Ce lundi 22 février, M. Abel Akpla nous a transmis les photographies suivantes qui témoignent de l’avancement de la construction du deuxième poulailler au centre agropastoral Mokpokpo, de la région des Plateaux, au Togo.

Le béton a été préparé sur place, sans aide d’appareil mécanique, juste à la force des bras des travailleurs. L’opération a été longue et a continué après la tombée de la nuit. Comme le poulailler avait pu être électrifié peu de temps auparavant, les travailleurs ont pu finir le travail adéquatement.


Dom Derrien

Références :