Financement du deuxième poulailler de la coopérative Mokpokpo

Contexte

En 2017, madame Micheline Guernon a participé au financement d’un premier poulailler pour le centre agropastoral Mokpokpo, au village de Gbalavé, dans la région des Plateaux, au Togo.

Micheline s’investit de nouveau en finançant un deuxième poulailler pour la coopérative, toujours en collaboration avec monsieur Abel Akpla.

Ce poulailler supplémentaire va permettre de faire une rotation de poules pondeuses. Les poules commencent à pondre aux alentours de 20 semaines, et arrivent à maturité entre 18 et 36 mois (après, la ponte décroît de 20 % par année). Celles-ci sont alors revendues comme poules de chair.

Avec la mise en production du premier poulailler d’environ 500 poules pondeuses, la coopérative a fait face à un dilemme : renouveler les volailles pour garder une production d’œufs à la hauteur des attentes de sa clientèle, et financer ce renouvellement.

Micheline s’est donc engagée avec Abel à construire un deuxième poulailler, ce qui aura plusieurs avantages :

  • Les poussins et les jeunes poules seront placés dans un endroit distinct de celui des poules produisant des œufs.
  • Le moment du déclin de la production des œufs chez certaines poules (18 mois) sera aligné avec celui du début de la ponte chez d’autres poules (4 mois), afin de fournir à la demande.
  • Une partie du poulailler sera aménagée pour l’élevage de poules de chair, qui peuvent être mises en vente dès l’âge de 6 à 8 mois — c’est un nouveau marché pour la coopérative.
Champ d’actionAgriculture
Montant accordé7 000 dollars canadiens
BénéficiairesDirectement : les familles des membres de la coopérative
Indirectement : la population environnante
Partenaire canadienMicheline Guernon
Partenaire localCentre agropastoral Mokpokpo
Table 1: Récapitulatif du projet de second poulailler supervisé par Micheline Guernon

Démarrage des travaux

L’équipe de la coopérative s’est agrandie et compte maintenant 17 femmes. Dans la photo ci-dessous à gauche, plusieurs d’entre elles trient une récolte d’arachides. À droite, des chèvres et des poules de race locale vivent dans un enclos provisoire, le temps de la construction des nouveaux bâtiments.

Les fonds ont été transférés en août 2020.

Voici ci-dessous une série de photographies transmise par Abel. On y voit l’espace alloué au nouveau poulailler et les fondations du nouveau bâtiment.

Le jeune homme en avant sur la première photo, c’est Mathias. Mathias est titulaire d’un baccalauréat, mais comme il est actuellement sans emploi, il a suivi une formation en agropastoral avec la coopérative. Il est sur le point de terminer cette formation et de créer sa propre entreprise. Bravo Mathias !


Dom Derrien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *